Lecture

La Maison d’autres de Corinne Ernault

Résumé : Quand Hugo, mystérieux intermittent du spectacle, pose ses valises dans le colombier de La Sauvageonne, maison d’hôtes provençale de Jeanne, le bel équilibre de celle-ci commence à s’effriter. Qui est cet homme qui fait resurgir l’histoire familiale ? Bientôt, les secrets de Misia, la grand-mère fantasque et de Tania, la mère trop tôt disparue, sortent des tiroirs, dans un tourbillon de billets de banque oubliés. Les souvenirs et les regrets aussi. Pourquoi Hugo est-tel venu ? Jeanne va-t-elle sortir indemne de ce voyage dans ses souvenirs ? En quelques jours, la vérité dévoilée va recolorer les clichés en noir et blanc du passé.

Avant de débuter cette chronique, je tiens tout d’abord à remercier Corinne Ernault de m’avoir proposé de découvrir ce roman. J’ai passé un délicieux moment au sein de La Sauvageonne, j’ai adoré faire la connaissance de ses habitants et me laisser transporter par votre écriture. Il me tarde déjà de découvrir votre second roman lorsqu’il sera publié, et encore merci !

Jeanne est une femme épanouie qui s’occupe avec amour de La Sauvageonne, l’ancienne maison familiale, transformée en une reposante maison d’hôtes. Malgré les nombreuses rénovations réalisées par Jeanne, son mari et leurs deux enfants, la maison respire encore l’odeur de Misia, la grand-mère de Jeanne, celle qui lui a tout appris, qui l’a éperdument aimé et qui a tout fait pour que son enfance soit la plus paisible possible. Aujourd’hui, les quotidiens de Jeanne sont rythmées par des moments en famille et l’entretien de la maison pour accueillir dans les meilleures conditions les prochains visiteurs.

C’est alors qu’un homme, aux yeux d’un bleu perçant, fait mystérieusement son apparition à la Sauvageonne en demandant si une chambre est disponible pour la nuit. Prise de court, Jeanne n’a pas d’autre choix que de lui proposer de dormir dans le colombier, une chambre non aménagée, encore en rénovation. L’homme se présente alors comme étant Hugo, un intermittent du spectacle de passage dans la région pour une nouvelle mission. Pour une raison qu’elle ignore, Jeanne est très perturbée par la présence de cet homme…

Une voix, c’est si précieux. Une seule intonation peut faire rejaillir du passé tout un prisme de souvenirs et redessiner en accélérée les traits d’une personne oubliée.

Jeanne est alors de plus intriguée par Hugo, par son odeur, par sa manière de l’observer, de lui poser des questions sur sa famille… Sa présence lui fait perdre ses moyens, et petit à petit, Jeanne se questionne de plus en plus sur le pourquoi de sa présence à La Sauvageonne…

La Maison d’autres est un roman que j’ai beaucoup aimé lire. Les chapitres alternent entre moment présent et les souvenirs de Jeanne avec sa grand-mère Misia. Les pages défilent et nous en apprenons un peu plus sur ce lien si fort qui les unissait et sur l’absence d’une mère partie trop tôt. J’ai beaucoup aimé le personnage de Misia, je l’ai trouvé très attendrissante, émouvante et particulièrement courageuse. Les passages où elle raconte à Jeanne son premier amour avec Lucien est vraiment délicieux, j’ai été totalement transportée dans ses souvenirs et ses émotions.

Vous l’aurez compris, je suis vraiment très contente de ma lecture. C’est un roman qui déborde d’amour, de poésie et de partage. L’écriture de Corinne Ernault est vraiment très belle, fluide, élégante, elle nous prend par la main avec douceur et nous embarque à la découverte de La Sauvageonne et de ses habitants.

Vous aimerez aussi

2 Commentaires

  • Répondre alison 10 juin 2018 à 21 h 09 min

    Je ne connaissais pas mais ta chronique est si jolie que j’ai bien envie de lire ce roman 😀

    • Lacourseauxmots
      Répondre Lacourseauxmots 11 juin 2018 à 11 h 38 min

      Oh merci ! N’hésite surtout pas à le lire, il est vraiment génial 🙂

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.